Le Livre d'Azarias

    From Wiki Maria Valtorta
    Le Livre d'Azarias, éd. CEV, 2011

    • Titre : Le Livre d'Azarias
    • Auteur : Maria Valtorta
    • Année de sortie : 2002, réédité en 2011
    • 370 pages
    • Traducteur : Stéphane Chéramy
    • Annotations : Emilio Pisani
    • ISBN 978-88-7987-094-8
    • Éditeur : Centro Editoriale Valtortiano, Viale Piscicelli 89-91 - 03036 Isola del Liri (Fr) - Italy
    • Titre original : Libro di Azaria
    • Première édition : 1972

    Ce Livre a été écrit entre le 24 février 1946 et le 2 février 1947. Azarias, l'ange gardien de Maria Valtorta et parfois l'archange Raphaël commentent les 58 messes festives du missel de Saint Pie V en usage à l'époque.

    Pour Emmanuel Gaudreault cet ouvrage constitue l'un des sommets de l'œuvre de Maria Valtorta : "un sommet de l'amour et de la contemplation de la vie céleste". Au long de ses commentaires, "L'ange-gardien de Maria, guide les âmes sur les chemins spirituels, et plus particulièrement les âmes avancées, et leur enseigne à se conduire sur les voies de Dieu, vers une très grande perfection d'Amour". Ce livre "véritablement angélique" selon ses termes, n'est pourtant pas exempt de révélations, comme celle de la chute de Lucifer qui pétrifie le Ciel.

    L'originalité tient aux commentaires des textes liturgiques (à l'exclusion de l'Évangile). Il approfondit et valorise ces textes de la messe souvent minorés comme : l'introït (chant d'entrée), le graduel (chant suivant l'épître), les antiennes (introduction et conclusion du Psaume), la secrète (prière avant la Préface), etc… Un vrai trésor caché. 

    Selon les éditions, ce livre a été présenté dans trois préfaces successives qui disent tout sur l’intérêt de son contenu (voir ci-dessous).

    Préface de la première édition (Père Corrado M. Berti)

    (Traduction non-officielle de maria-valtorta.org).

    Dans cette toute première préface, le Père Berti explique comment on a abandonné le titre donné par Maria Valtorta au profit d'un titre plus conventionnel qui éviterait les ambiguïtés théologiques.

    "Maria Valtorta avait donné à ce livre un titre et un sous-titre: Messes angéliques, Instructions ; mais ces appellations, si elles laissent imaginer très clairement le contenu et la finalité du livre, semblent tout à fait inappropriées.

    Indubitablement, Jésus, le prêtre suprême et éternel, Marie mère du Christ et de l'Église, les anges et les saints, entrelacent la liturgie céleste avec celle de la terre, célébrée par les prêtres associés aux simples fidèles, qui constituent avec eux l'Église, universelle ou locale, pèlerine dans le monde, sur le chemin de la Jérusalem éternelle. En effet, l'ancienne Prière eucharistique syro-antiochienne, dite de Saint Jacques[1], affirme que pendant le rite sacré, nous invoquons les saints afin qu'ils puissent offrir le sacrifice, sans effusion de sang avec nous. Cependant, le titre de "Messes angéliques" pourrait laisser supposer que les anges sont des prêtres et qu’ils disent la messe: une pensée qui ne reflète pas du tout une théologie saine et qui ne correspond pas à la doctrine exposée dans le livre.

    De même, le sous-titre Instructions, bien qu'il semble vouloir dire que le livre contient des indications théoriques ou pratiques, ne révèle en aucune manière la nature de ces avertissements et conseils, et à quelles catégories de personnes ils sont adressés.

    Au total, parmi les divers titres suggérés, nous en avons choisi un, très simple, de saveur biblique : Le livre d’Azarias, titre justifié par le fait que l'auteur du livre, selon Maria Valtorta, serait son ange gardien, Azarias, qui le lui aurait dicté.

    Maria Valtorta, qui était infirme, écrivit ce volume, comme tous les autres à caractère religieux, à Viareggio, Via Antonio Fratti, dans la maison qui porte désormais le numéro 257. Elle l’écrivit alors qu'elle était au lit, son cahier posé sur ses genoux, de sa propre main, avec l'un des stylos-plumes actuellement dans les archives, sans posséder ni consulter de livres appropriés, sans corrections, ni schémas préalables, ni révision de quelque sorte.

    Elle l'a écrit entre 1946 et 1947, à une époque très triste et très difficile pour Maria Valtorta, tel qu'il apparaît ou transparait ici et là dans ce volume et comme il sera encore plus évident lorsqu’on publiera la vaste diversité de sa correspondance.

    Le présent livre consiste avant tout en un commentaire théologique et spirituel sur 58 messes festives, qui figurent dans le missel réformé sur ordre du Concile œcuménique tridentin[2], promulgué par Saint Pie V en 1570 et mis à jour par les pontifes suivants[3] ; missel qui a maintenant cédé la place à celui rétabli par la volonté du Concile œcuménique Vatican II et promulgué par ordre de Paul VI en 1970.

    Comme on le sait, les deux missels sont sensiblement identiques. Néanmoins le récent a ajouté, transféré, retouché, refait de nombreuses prières. Il a introduit de nombreuses autres lectures bibliques, beaucoup ont changé de lieu, etc. Il n’est donc pas possible de fournir un tableau comparatif ici : nous entrerions dans un tableau de correspondance compliqué et inaccessible pour la plupart de nos lecteurs, qui trouveront plutôt les références bibliques dans les notes de bas de page et dans l’index.

    S'agissant d'un commentaire théologique sur le missel festif, ce volume (=Le Livre d'Azarias) s'adresse, dit-on, à toutes les catégories de personnes; d'autant plus que, compte tenu de la clarté limpide avec laquelle sont également exposés les sujets de doctrine les plus remarquables, il est véritablement accessible à tous, érudits et néophytes, grands et petits.

    Comme il s’agit d’un commentaire spirituel, il contient des directives, des conseils, etc. Cela concerne l'écrivain et les personnes avec lesquelles elle entretenait une relation privilégiée, ainsi que deux catégories bien définies : celle des directeurs spirituels des charismatiques et celle des charismatiques eux-mêmes, c'est-à-dire ceux qui ont reçu des dons et des tâches extraordinaires de Dieu.

    Maria Valtorta - nous l’avons déjà dit - présente ceci son écrit comme dicté par un ange, par son ange gardien, Azarias. Que penser de cette déclaration ?

    Sans aucun doute, il n’est pas impossible qu’un ange, apparaissant ou non sous une forme humaine ou similaire, parle, dise ou exprime autrement sa pensée. La Bible elle-même - Ancien et Nouveau Testament - est pleine d’interventions angéliques, tant pour l’enseigner que pour diriger. On ne comprend donc pas pourquoi de tels phénomènes ne peuvent pas ou ne devraient pas être vérifiés dans l'Église d'aujourd'hui, qui est identique à celle de tous les siècles précédents. Cependant, étant donné la sublimité, l'originalité, l'exactitude, la clarté des nombreux enseignements et conseils contenus dans ce volume, si un ange ne l'a pas dicté, il est certain qu'un ange a illuminé le pauvre écrivain, exerçant l'une de ces missions que la théologie catholique reconnaît unanimement aux anges, serviteurs de Dieu et porteurs aux hommes des mystères et des vœux du Très-Haut.

    Nous finissons en répétant ce que nous avons constamment toujours affirmé, et surtout à propos de l'Œuvre majeure de Maria Valtorta. Notre mission est de publier de manière critique les écrits valtortiens et non de nous prononcer sur les différentes explications données ou qui seront données au phénomène. Nous réservons le jugement canonique à l'unique autorité ecclésiastique compétente et le jugement strictement scientifique aux érudits dans les seules branches de leur connaissance. En tant que curateur et éditeur, nous adhérerons à ce que le pape Pie XII, lors d'une audience spéciale accordée au père Migliorini et à moi-même le 26 février 1948, a suggéré avec sagesse, prudence et autorité : "Publiez cet ouvrage tel qu'il est: qui lira, comprendra".

    Rome, 2 février 1972, Fête de la Présentation du Seigneur,

    P. Corrado M. Berti, OSM

    Préface de la seconde édition (Emilio Pisani)

    (Traduction non-officielle de maria-valtorta.org).

    Dans cette réédition de 2007, Emilio Pisani s'attache à décrire factuellement, le contenu du Livre, mais il s'attache aussi à signaler la haute valeur spirituelle que remarquait Emmanuel Gaudreault. C'est en effet un ouvrage qui donne toute sa valeur aux textes liturgiques souvent mis en retrait par rapport à l'Évangile.

    "Les leçons de l'ange Azarias, écrites par Maria Valtorta et rassemblées dans ce livre, concernent les messes festives du calendrier liturgique en vigueur avant la réforme souhaitée par le Concile œcuménique Vatican II (1962-1965). Chaque leçon a été écrite et commentée le dimanche même où la liturgie était célébrée. Une seule leçon n'est pas un dimanche, celle du jeudi 20 juin 1946, jour de la Fête-Dieu (Corpus Domini).

    Toutes les autres leçons illustrent les 50 messes du dimanche 24 février 1946 au dimanche 2 février 1947. Cette année-là, sept dimanches coïncidaient alors avec des fêtes solennelles particulières : la Sainte-Trinité, la commémoration de saint Paul, la Nativité de la Vierge Marie, la fête du Christ-Roi, l’Immaculée Conception, le Très-saint Nom de Jésus, la Sainte Famille. Elles se trouvent jointes au commentaire de la messe dominicale correspondante. Le total est donc de 58 messes commentées en 51 leçons.

    À la date du jour et au titre de la messe, notés par Maria Valtorta, nous avons ajouté, par petits morceaux, les parties de la messe constituées à partir des références bibliques (Introït, Epître, Graduel, Évangile, Offertoire, Communion) et des textes (Collecte, Secrète, Postcommunion). Les citations font référence à la Bible de la Nouvelle Vulgate. Les textes sont tirés d'un missel de 1935 ayant appartenu à Maria Valtorta.

    Les leçons sont présentées comme données à Maria Valtorta, pour l'instruire encore plus dans sa mission de "porte-parole" et pour la réconforter dans une période douloureuse, en raison de l'adversité que son travail rencontrait dans un ordre religieux qui aurait dû l'accueillir et la protéger[4]. Ils s'adressent également à toutes les âmes qui s'offrent en tant que "victimes" et qui sont élues en tant que "voix". Cependant, les thèmes abordés présentent un intérêt doctrinal et une valeur spirituelle tels qu'ils ne sont pas liés aux circonstances et ne limitent pas à ces seuls destinataires.

    La rédaction des leçons s’interpose avec celle d’autres œuvres valtortiennes, qui doivent parfois remettre à plus tard nos notes. Une attention particulière a été accordée aux citations bibliques, notées en marge des pages et récapitulées dans l'index final. Cette deuxième édition, publiée 35 ans après la première - réimprimée à plusieurs reprises -  a été éditée en respectant, dans la sobriété des notes, la nature et les buts des leçons de l’ange. Le texte a été de nouveau collecté à partir du manuscrit original.

    Isola del Liri, 14 mars 2007 - 110° anniversaire de la naissance de Maria Valtorta.

    Emilio Pisani.

    Préface de l’édition française (2011).

    La préface à la réédition française, fait la synthèse des préfaces précédentes et insiste sur les textes liturgiques de références. Ils ont été modifiés avec la réforme de 1970, pouvant provoquer un décalage avec les commentaires de l'ange.
    "Maria Valtorta présente ce sommaire comme bien ayant été dicté par Azarias, son ange gardien. L'auteur infirme a écrit ce livre, comme tous les autres, dans son lit, le cahier posé sur les genoux, de sa propre main et d'un seul jet, sans posséder ni consulter de livres adaptés, sans corrections, sans schéma préalable ni révision aucune.

    Elle l'écrivit entre 1946 et 1947, c'est-à-dire à une époque assez triste et difficile pour elle, comme cela apparaît ou transparaît ici et là dans ce volume.

    Le présent livre consiste essentiellement en un commentaire théologique et spirituel de cinquante-huit messes festives, qui figurent dans le missel réformé par ordre du concile de Trente, promulgué par saint Pie V en 1570 et mis à jour par les souverains pontifes suivants ; ce missel a aujourd'hui cédé la place à celui restauré par la volonté du concile œcuménique de Vatican II et promulgué par ordre de Paul VI en 1970. 

    Les deux missels, c'est bien connu, sont substantiellement identiques ; toutefois, le plus récent a ajouté, déplacé, retouché ou réécrit de nombreuses prières ; il a introduit nombre d'autres lectures bibliques, en a changé beaucoup de place, etc. Cependant, comme avec le temps il deviendra de plus en plus difficile de trouver les missels de saint Pie X chez soi ou dans le commerce, le lecteur trouvera au début de chaque commentaire : 

    • - le titre de chaque messe ;
    • - l'indication des passages bibliques respectifs de l'introït, de l'épître, du graduel ou antienne de l'alléluia, de l'évangile, de l'offertoire et de la communion ;
    • - les textes respectifs de l'oraison, de la secrète et de l'après communion."

    Aperçu du contenu

    24 fév. 1946 - Dimanche de la Sexagésime

    Un enseignement pour les instruments extraordinaires de Dieu. - L'humilité est une des vertus essentielles chez les instruments extraordinaires. - Par lui-même, l’Homme n’est capable que d’actions limitées et hautement imparfaites. - Être ce que l'on est et rien de plus. - L'ange du Seigneur est comme un jardinier. - Les leçons à tirer du ravissement de Paul au troisième ciel. - Contre la hargne de Satan les défenses ne sont jamais suffisantes. - La puissance de Dieu donne toute sa mesure dans la faiblesse. - L’archange Raphaël apparaît souriant à Maria Valtorta.

    3 mars 1946 - Dimanche de la Quinquagésime

    Le Seigneur n’abandonnera pas Maria Valtorta, même si "les hommes" venaient à l’excommunier. - Le saint nom de Dieu protège ceux qu’Il expose le plus. - L'homme ne pourrait résister un seul instant à une vision parfaite et complète du Paradis.  - La louange à Dieu est nécessaire, surtout pour ceux qu’Il a placés comme pont entre Lui et l’Humanité.  - Enseigne-moi à faire ta volonté. - Vous êtes les greniers mystiques pour les famines spirituelles.

    10 mars 1946 - 1er dimanche de Carême

    La Trinité - Le véritable amour de Dieu - Jésus libère ceux qu'il rachète - La Vie éternelle - Garder confiance en la protection de Dieu - Paul, maître des évangélisateurs comme Maria Valtorta - Diffusion de l’œuvre : Azarias prédit les difficultés futures.

    17 mars 1946 - 2ème dimanche de Carême

    Abandonnée des hommes, mais aimée du Ciel et consolée par ses anges. - Dieu aime ses enfants d'un amour maternel - La compagnie des saints a remplacé l'hostilité des ennemis de Dieu - Une foi semblable à celle du vieux Tobie dans l'épreuve - Vivre en sainteté et en pureté. - La puissance de l'œuvre de Maria Valtorta est aussi acquise au prix de son sacrifice - L'Amour sauve toujours.

    24 mars 1946 - 3ème dimanche de Carême

    Description des anges.  - C'était l'archange Gabriel - L'âme s'approche en grande jubilation de la connaissance de la vie des cieux - Satan a essayé de troubler Maria Valtorta - Dire la vérité en toutes circonstances. - Les livres qu'elle aurait pu dissimuler. - Regarder vers le Seigneur pour éviter les pièges - Tu as des amitiés au Ciel. - Notre vertu d'anges : seulement nous glorifier du service obéissant du Seigneur. - Les anges doivent aussi exercer les vertus de charité, d'humilité, d'obéissance, de vérité   Gabriel te parlera d'un terrible secret.   Les anges respectent la hiérarchie céleste. - La vocation des porte-parole. - Quand quelqu'un aime de tout son cœur, de toute son âme et de toutes ses forces, il a par lui-même aimé parfaitement. - Vivez dans l'amour comme le Christ qui nous a aimés. - Ne vous souillez pas. - La colère de Dieu est sur les incrédules. - L’archange Gabriel confie le terrible secret qui restera scellé.

    31 mars 1946 - 4ème dimanche de Carême

    La Jérusalem terrestre n'est pas coupée de la Jérusalem céleste. - L'Église est la grande demeure de Dieu sur la terre. - Ceux qui, par leurs sacrifices et leurs prières, coopèrent avec le Père, assainissent les eaux du Temple. - La contribution des œuvres saintes dans le fleuve de la communion des saints. - Auxquelles les "voix" de prédilection ajoutent leur martyre. - Vous êtes les apôtres emprisonnés. - Vous pleurez, mais vous serez consolés. - À l’image d’Abraham, Dieu a eu une double descendance. - Beauté physique et morale de l’Humanité originelle. - Nés selon la chair et nés selon l’esprit. - Satan travaille là où il y a des lieux sans Dieu. - Dieu éloigne vos ennemis. - La vue et l'ouïe surnaturelles des "voix" leur permettent de connaitre les vérités les plus secrètes.

    7 avril 1946 - Dimanche de la Passion

    Comme les apôtres à Gethsémani, Maria Valtorta s’est endormie. - Mais Jésus est présent, et veille, sur les âmes qui vivent leur passion. - Le dimanche de la Passion est la messe des âmes victimes. - L'homme coupable n'ose pas dire impudemment "Sois mon, juge, ô Dieu". - Les grands pécheurs et les athées fuient devant Dieu. - Seules les âmes honnêtes peuvent s'écrier "Sois mon juge, ô Dieu". - Ce que vous recevez doit être offert à celui qui vous le donne. - Ce qui a eu de la valeur aux yeux de Dieu, c’est ta souffrance. - On peut connaître la douleur quand on jouit de l'union avec Dieu. - Comme il doit vous être doux de pouvoir dire "Sois mon juge" à Dieu votre Père ! - Les hommes bons se souviendront de toi comme d'une lumière. - Les âmes victimes sont les enfants privilégiés de Dieu. - À cause même de ce que tu lui coûtes, ne doutes pas de son amour. - Dans la nouvelle alliance, Dieu lui-même élit ses instruments qui reçoivent, par la promesse de Jésus-Christ, l'héritage éternel. - Conforme-toi à ton Maître. - Dieu t’a pris pour faire de toi l'instrument d'une œuvre de grande miséricorde. - Les "autres Christ" ont en commun la passion et la crucifixion, mais ils ont aussi en commun la résurrection. - La désobéissance aux ordres explicites de Jésus me cause une grande douleur.

    14 avril 1946 - Dimanche des Rameaux

    L’oasis d’Élim et le don de l’Église. - L'Eucharistie - Ni sacrilèges, ni tièdes - Maria Valtorta est conformée au Christ - Confiance et protection de Dieu - Le cri de souffrance : Pourquoi m’as-tu abandonnée ? - Les blessures et les craintes des âmes victimes - La perfection humaine - La double perfection du Christ - Inanité de l’explication scientifique de Dieu ou de son inexistence - La rétribution des âmes victimes est dans leurs dons extraordinaires - Il vous sera donné un nom nouveau.

    21 avril 1946 - Pâques, Fête de la Résurrection

    Avoir le Seigneur avec soi, c'est avoir la certitude d'être aidé et la paix de ne pas avoir démérité. - Seigneur tu me scrutes et me connais. - Le destin de ceux qui sont mis à part. - L’humiliation sanctificatrice. - L’union aux mérites du Christ. - Il faut se purifier du vieux levain. - À Pâques, la puissance et la miséricorde éternelles de Dieu resplendissent dans tout leur éclat. - Un don du Ciel n’est pas définitivement acquis.  Il disperse les superbes et élève les humbles. - Pardonnez à celui qui parle sans savoir ce qu'il dit, à celui qui juge sans en avoir le droit.

    28 avril 1946 - Dimanche in albis (actuellement Dimanche de la Miséricorde)

    Ceux qui naissent à la Grâce, sont aussi des nourrissons - Ainsi que les voix que Jésus appelle à la suite de Maria Valtorta  Par Maria Valtorta, vous êtes fils de Lumière et amis de Jésus – Vous devez être comme de petits enfants  Fréquenter n’est pas pratiquer - Les fornications de la fausse piété - Tout ce qui est né de Dieu est vainqueur du monde - La puissance de la Foi  Notre époque à tout ce qu’il lui faut pour croire - C'est ce même Jésus qui est venu par l'eau et le sang  On ne peut nier le témoignage rendu par Dieu - Le monde regorge d’incrédules  Les œuvres de Dieu durent et portent des fruits.

    5 mai 1946 - 2ème dimanche après Pâques (actuellement 3ème dimanche de Pâques)

    La terre est pleine de la miséricorde du Seigneur. - Elle est la barrière contre le Mal.  Mais elle reste inefficace pour les orgueilleux.  - Comment tant d'hommes peuvent-ils persister dans une surdité que n'ont pas les êtres inférieurs ?  - Les frères séparés. Quelle attitude avoir ?  - Seuls aiment souffrir ceux qui ont compris et désirent la sagesse et la sainteté.  - Les disciples reconnurent le Seigneur quand il rompit le pain.  - Oh ! Chrétiens, voyez et comprenez au-delà de vos bornes habituelles!  - Celui qui ne sait pas se rompre et se donner ne peut être un vrai disciple.  - Vous ne devez pas vous désoler des épreuves, des peines, des angoisses.  - Vous avez en vous la clé du secret.  - Maria ! Je te bénis pour tout ce que tu fais pour les âmes !

    12 mai 1946 - 3ème dimanche après Pâques (actuellement 4ème dimanche de Pâques)

    L’homme est la seule créature qui ne sait pas louer son Créateur. - Trop d'hommes oublient qu'ils n'existent que parce que Dieu les maintient. - Se croyant créateurs, les hommes sèment la haine, la ruine et la mort. - Cette avalanche produite par les hommes sans Dieu peut-elle être freinée par l'homme lui-même ? - La venue du Paraclet à la Pentecôte. - La tête est le sommet de l’Homme trop souvent endurcie par la triple concupiscence. - Les dons extraordinaires ne devaient pas être cause de ruine comme en Judas. - Éloignez de votre esprit les désirs charnels. - La soumission aux institutions humaines et sa limite. - Obéissance à l’Autorité. - Marie, reine des "voix", est ta reine.

    19 mai 1946 - 4ème dimanche après Pâques (actuellement 5ème dimanche de Pâques)

    Certains disent : Dieu n'existe pas, c'est l'homme qui est dieu ! - Seuls les hommes faits à l’image de Dieu peuvent voir ses merveilles. - Voir la main de Dieu dans les épreuves. - La mort est parfois miséricorde divine. - On ne se moque pas impunément de Dieu. - Le juste peut distinguer l'action de Dieu qui tire le bien du mal. - Si Dieu vous a attirés à lui au point de vous confier une mission parmi les hommes, il ne peut ensuite vous abandonner et changer de décret. - Jésus n'a jamais changé son cœur envers ses élus, pas même envers Judas.- C’est Judas qui a changé son cœur et s’est volontairement damné. - Renferme-toi en toi-même, avec ton grand Trésor et ton petit trésor : Dieu et l'Œuvre. - Pour toi et pour l’Œuvre l’Esprit agira en son temps.

    26 mai 1946 - 5ème dimanche après Pâques (actuellement 6ème dimanche de Pâques)       

     La Vierge Marie vient consoler Maria Valtorta dans ses souffrances  Dieu sait ce qui est le mieux pour moi  Pourquoi Maria Valtorta a été confiée aux Servites  Maria Valtorta et son œuvre est semblable à Marie trouvant portes closes à Bethléem  La Rédemption est inégalement accueillie  Plus est grand le degré de générosité, plus grande sera l'union à Dieu  L'homme n'a pas d'autre mérite que celui de sa bonne volonté  Obéir, cela consiste à humilier son propre jugement  Mettre en pratique la foi  Prudence et charité envers ses frères  Le ministère des prêtres aux côtés des "instruments de Dieu"  Les "voix" sont les étoiles du ciel spirituel.

    2 juin 1946 - Dimanche après l'Ascension

    Toute la prière de Maria consiste à chercher Dieu en face-à-face.  Le Notre-Père enseigne comment, pourquoi et dans quel but l'on doit prier.  La prière parfaite se fond dans les désirs de Dieu.  Une âme amoureuse doit être dès la terre ce qu'elle sera au Ciel.  La valeur de "Père, pourquoi m'as-tu abandonné ?"  L'abandon de Dieu est la plus grande épreuve pour les vivants et le plus grand châtiment pour les trépassés.  Ne te décourage pas, mais agis et aime en obéissant au Seigneur.  Explication de "L'amour efface une multitude de péchés".  Crains de manquer à la charité plus que la mort imprévue ou le jugement de Dieu.  Explication de "Que chacun mette au service des autres le don qu'il a reçu".  Les "voix" ne peuvent s'approprier les paroles qu'elles reçoivent.  Instructions pour son Père spirituel.

    9 juin 1946 - Dimanche de Pentecôte

    Les "épiphanies" de Dieu  Par l’amour, l'homme peut véritablement être en Dieu  Les œuvres fécondes sont toujours des œuvres d'amour  Tu verras qui est Dieu.  Les manifestations du Père.  Les négateurs de Dieu ne peuvent créer, seulement fabriquer.  Les hommes, bienheureux ou damnés, sont éternels.  Deux royaumes ne connaîtront pas de fin : le Paradis et l’Enfer.  Les théophanies.  L’Esprit saint se manifeste en Marie, puis dans l'Église.  La re-création de l’Homme par l’Esprit saint.  Pour mériter l'Amour, toute âme doit le désirer par sa propre volonté.  Obéissance et prière transforment les riens en instruments de Dieu.  La prière unit le cœur de la créature à celui de son Dieu.  La Pentecôte dans sa préparation, sa forme et ses effets.  Reste inébranlable sous les louanges comme tu le fus sous les blâmes.

    16 juin 1946 - 1er dimanche après la Pentecôte – Fête de la Sainte Trinité

    Je veux que tu considères les nombreux dimanches entre la Pentecôte et l'Avent comme une préparation de l'année liturgique.  Il n'y a pas de terme dans l’année liturgique parce que chacune de ses parties prépare la suivante.  Proclamez courageusement que Dieu "est".  Les prières du croyant éprouvé.  La foi, pour être vraie, doit être courageuse.  L'Unité et Trinité de Dieu est un mystère que personne, aussi saint soit-il, ne peut comprendre.  Rester uni à Dieu.  La charité est active.  Azarias console Maria blessée par l’attitude du Père Migliorini.

    20 juin 1946 - Jeudi après la Trinité, Fête Dieu

    Maria Valtorta comprend ce qu’est l’Eucharistie au Ciel  Vous vous nourrissez aussi de la Mère en vous nourrissant du Fils  On ne peut s’approcher de l’Eucharistie sans crainte  Le Christ nous fait dieux par l'Eucharistie et nous donne la Vie  L’Eucharistie établit la demeure du Christ en nous  L'Eucharistie rend présent le Christ en toutes ses opérations de Christ  La puissance de l’Eucharistie  L’Eucharistie renferme le Ciel à elle toute seule  Le «Lauda Sion» de saint Thomas d’Aquin  La musique du Ciel et l’enseignement reçu par Maria Valtorta.

    Notes et références

    1. Voir l’Anaphore (prière préparatoire à l'Offertoire) de saint Jacques, page 170 de l’Église Antiochienne syriaque (Maronites) : "Vraiment, il est juste et bon de te rendre gloire, de t’offrir notre action de grâce, car tu es l’auteur de l’univers visible et invisible, créateur du ciel et de la terre. Le ciel, dans la multitude des astres, le soleil, la lune, les étoiles, ainsi que la terre et les mers, avec tout ce qu’elles contiennent, te glorifient. Comme l’Église, la Jérusalem Céleste, avec ses fidèles dont les noms sont inscrits dans le ciel, ne cesse de te rendre grâce en union avec le chœur céleste, chérubins et séraphins, qui t’acclament en proclamant : Saint, Saint, Saint, …"
    2. Tridentin = Le concile de Trente.
    3. Modifié à la marge par Clément VIII (1604), Urbain VIII (1634) et par Pie X pour la récitation du Psautier. Pie XII, à l’époque où Maria Valtorta reçoit les dictées d’Azarias, modifie lui aussi le missel de Pie V et prépare surtout son encyclique sur la liturgie, Mediator Dei du 20 novembre 1947.
    4. L’ordre des Servites de Marie à qui Jésus confie l’Œuvre et la personne de Maria Valtorta dans une dictée du 15 octobre 1944 (cf. Les Cahiers). C’est l’époque où le Père Migliorini fait preuve d’un prosélytisme excessif et où les responsables de l’Ordre traitent l’Œuvre et la porte-voix avec désinvolture (cf. Lettres à Mère Teresa Maria). Il ne s’agit pas encore de l’opposition du Saint-Office qui ne se manifestera qu’après l’audience papale du 26 février 1948 et l’encouragement qu’il prodigua à cette occasion.